Metis

Mickaël Gallais

 

 


L’influence de notre œil au premier regard est sans intérêt, le peintre assagit son travail avec des ambiances feutrées, ce qu’il exprime réellement c’est ce supplément d’âme, comme une jouissance intérieure.

Décrypter, agir et ressentir l’espace émotionnel, demandent beaucoup d’attention et l’envie d’aimer. Dans la flatterie, l’émotion n’est que superficielle.


Huile sur toile, 62 x 62 cm, 2007

 

 

Encore une fois l’espace des couleurs qui se métissent, nous plonge dans une ambiance envoûtante et chaude.

Le point commun avec les autres peintures, c’est le centre de la toile, comme une porte à moitié ouverte vers l’espace émotionnel.


Huile sur toile, 62 x 62 cm, 2007

 

 

D’un geste puissant et régulier le peintre tisse sa toile avec des mouvements horizontaux et verticaux.

Les lignes noires pénètrent la toile comme une racine cherchant la roche mère pour se nourrir.

Il reprend son souffle, compose ses couleurs et drape sa toile d’un voile de soie.


Huile sur toile, 62 x 62 cm, 2007

 

 

L’art abstrait serait la représentation de notre vie invisible.

L’abstrait désigne une peinture d’action sans forcément de forme apparente, mais un impact émotionnel intense.

Cette toile est précise dans l’émotion qu’elle dégage. Abstraction froide et abstraction chaude.


Huile sur toile, 62 x 62 cm, 2007

 

 

La peinture se disperse en deux temps.

Une réelle image de la vie, comme le dernier chemin de l’existence.

Comme par magie le peintre se fait surprendre par son réalisme, paradoxe de son geste il couvre sa toile d’un manteau noir mais trop tard, l’envie de montrer le réel le fige dans une peinture à deux temps, l’espace figuratif.


Huile sur toile, 62 x 62 cm, 2007